Top 5 des pistes de ski les plus raides des Alpes

| |

Si descendre les pistes à la cool en observant le Mont Blanc suffit à certains, avis aux skieurs pour lesquels glisse rime avec performance et adrénaline…  Travelski vous a sélectionné cinq pistes mythiques des Alpes.

Le genre de piste où la raideur devient un véritable accomplissement. Avant de vous lancer, vérifier votre niveau, ces pistes ne sont pas accessibles pour tous. En outre, pratiquer le ski sur des pistes plus difficiles nécessite d’être bien équipé, avec des skis adaptés. 

Voici 5 challenges d’exception qu’il faut au moins avoir faits une fois dans sa vie ! 

1. L’Alpe d’Huez – « Le Tunnel » 

Panneau de la piste de ski "le tunnel" Alpes d'Huez

Si la Sarenne est la piste la plus longue de la station avec ses 13 km de descente… La piste « Le Tunnel » est quant à elle la plus redoutée ! 

A l’Alpe d’Huez, Depuis le téléphérique à 3300 m d’altitude, cette piste emprunte une véritable grotte de glace de 200 m de long taillée à travers à la montagne. Une fois ce tunnel passé, la piste s’ouvre sur une pente avec 35° d’inclinaison : autrement dit un des murs les plus raides de France. 

 En définitif, il s’agit d’une piste de ski les plus dure du monde alternant pentes raides, glacées et bosseuses jusqu’à 2700 m. Avis aux skieurs qui n’ont pas froid aux yeux ! 

2. Courchevel – « Le Grand Couloir » 

Départ de la pite " Grand couloir " -Courchevel

La traversée de l’arête d’une centaine mètres en dissuade plus d’un pour se lancer dans ce « grand couloir ». 

Réputée comme étant la piste noire la plus difficile des 3 Vallées, celle-ci, à Courchevel, ne laisse pas d’échappatoire misent à part les couloirs d’Emile Allais et de Sous Pylons, tous deux autant difficiles à aborder.

D’une longueur de 900 m, elle offre une pente finale de 85 %. Souvent glacée, ses bosses sont naturellement dangereuses et sont donc destinées aux meilleurs skieurs… 

3. Avoriaz – « Le Pas de Chavanette » 

Appelée aussi « le Mur Suisse », cette piste noire se situe au cœur du domaine des Portes du Soleil, à cheval entre la station française d’Avoriaz et la station suisse de Champéry-les-Crosets. 

Jamais damée, elle offre des passages pouvant dépasser 50 degrés d’inclinaison, d’où son surnom de « Mur Suisse ». Assez courte, beaucoup de skieurs empruntent le télésiège à la fois pour y monter et pour y descendre simplement pour s’imprégner de ce superbe défi. 

4. Val d’Isère – « La Face de Bellevarde » 

Située sur le massif de Bellevarde, le départ se fait à un peu plus de 2800 m d’altitude.  » La Face de Bellevarde  » serpente sur le versant est du sommet et surplombe la station. 

La plongée du départ donne le vertige. Avec un dénivelé de près de 1000 m, cette piste vous offre près de 3 km de descente. Entrée dans la légende lors des Jeux olympique d’Albertville en 1992, la Bellevarde, à Val d’Isère, est redoutable par sa technicité.

Son profil émotionnel :

  • des virages en épingle,
  • le passage du mur appelé  » Le Grand Mur «  doté d’une inclinaison à 50°,
  • puis une succession de virages en  » S  » glacés telle une piste de bobsleigh,
  • et enfin le passage de la bosse de Cathiard.

Cette dernière vous propulse à 50 m pour ensuite terminer sur le schuss d’arrivée… Cette piste-là, demeure donc une grosse décharge d’adrénaline pour tous bons skieurs. 

5. Les Arcs – « Robert Blanc » 

Descente de la piste  » Robert Blanc « 

« Piste nature » par excellence, la piste Robert Blanc rend hommage à Roger Godino, aménageur du développement touristique en montagne et Robert Blanc, guide de haute montagne, moniteur de ski et natif du pays, qui ont permis à la station des Arcs de voir le jour.

Avec un départ depuis le point culminant du domaine, l’Aiguille Rouge, cette piste offre une pente à 65 %, ce qui vaut son statut de piste des Arcs… 

Précédent

Technique : adoptez une bonne position sur vos skis

Ma première compétition : Marie Marchand-Arvier

Suivant