Luc Alphand : « Il faut la passion du ski »

| | ,

Navigateur français, pilote automobile (rallye Dakar), champion du monde de ski alpin (descente), Luc Alphand est un sportif accompli ! Un rêve d’enfant devenu réalité. Avant le succès, chaque champion a connu l’adrénaline des premières compétitions. Luc Alphand nous livre ses impressions sur ses premières courses de ski. 

Travelski : Bonjour Luc, parlez-nous de votre première course ? 

Luc Alphand (L.A.) : ma première compétition, ça remonte à l’enfance ! Je ne m’en rappelle plus très bien. Je devais avoir aux alentours de 8 ans. J’ai commencé avec les courses régionales avec le ski club de Serre Chevalier (Alpes du Sud).

Je me souviens, on partait le matin avec les copains du club dans l’estafette. Il y avait une super ambiance, on déconnait pendant tout le voyage ! [rire] Je ressentais de l’adrénaline avant le départ et il fallait aussi de l’énergie pour se concentrer. Mais je voyais ça plus comme un amusement que comme une vraie compétition.

Le ski est un sport et c’est avant tout un plaisir ! D’ailleurs enfant, je n’étais pas un très bon skieur. Pour l’anecdote, mon grand frère Lionel, avait de meilleurs résultats que moi. Après quelques années, en grandissant, je me suis amélioré. J’ai commencé à remporter des victoires vers 14 ans. Et j’ai fini par intégrer l’équipe de France. 

Une image contenant extérieur, neige, arbre, nature

Description générée automatiquement

Travelski : Comment s’est passé votre première compétition à l’étranger ? 

L.A. : la première fois que j’ai franchi la frontière pour une compétition de ski, c’était à Bardonechia, en Italie. Partir à l’étranger pour une compétition de ski, ça me rendait très heureux. Je crois que j’ai fait le grand prix des commerçants.

Il y avait plein de lots et on avait des prix. Je me souvient que nous avions fait un petit défilé dans le village. Ce moment additionné au fait d’aller en Italie à l’étranger, j’avais l’impression de faire les Jeux Olympiques ! J’en garde un très bon souvenir. 

Travelski : En parlant des Jeux Olympiques, qu’avez-vous ressenti la première fois ? 

L.A. : on n’oublie jamais ses premiers Jeux olympiques ! Pour moi c’était en 1988, à Calgary au Canada. J’étais jeune, j’avais 22 ans. C’est une étape importante, on se retrouve au milieu des grands noms du ski. Ce sont des gars qui ont beaucoup plus d’expérience que toi. C’est une compétition internationale et c’est impressionnant !

Beaucoup d’attentes pèsent sur les épaules. J’en ai un très mauvais souvenir. J’étais heureux de participer aux Jeux olympiques mais je me suis fait dépasser par l’émotion liée à l’enjeu. Devant la piste, avant de m’élancer, je n’avais plus envie de partir.

« il faut toujours garder une joie de skier »

D’ailleurs, après les quatre premières portes du parcours je suis tombé. J’étais plus stressé qu’au départ en coupe du monde. Mes autres compétitions ou championnats se sont mieux déroulées. Mais une expérience comme celle-là on s’en souvient !  

Pour autant, ça ne m’a pas démotivé ni modifié mes plans pour l’avenir. Je voulais vraiment réussir. Dans les autres compétitions, j’étais un peu stressé, mais je n’ai jamais eu peur au point de me bloquer. Il faut la passion du ski, il faut toujours garder une joie de skier, même si ce n’est pas évident avec le haut niveau et la pression du classement. 

Précédent

Le télésiège débrayable : comment ça marche ?

Skier les skis serrés c’est fini, pourquoi faut-il écarter les pattes ?

Suivant