Aurélien Gonthier, shaper-dameur : un snowpark au laser !

| |

35 ans et natif de Nice, Aurélien Gonthier est passionné par les sports de glisse et notamment le skate et le snowboard. C’est cette activité qui l’a amené à la montagne à l’âge de 20 ans. Il est aujourd’hui responsable d’équipe de shaper-dameurs à la station les Deux Alpes. Cinq personnes qui construisent et entretiennent le snowpark hiver comme été, les « hommes de l’ombre » ! Il s’est livré à Travelski sur les joies de son métier, une vocation ! 

Travelski : Comment en êtes-vous arrivé à damer des snowparks ? 

Aurélien Gonthier (A.G.) : J’ai toujours voulu faire ça. Je me suis retrouvé aux Deux Alpes, lors du mondial du snowboard et du ski (NDLR : un événement qui lançait la saison à la Toussaint), c’était ma première expérience. J’ai voulu m’écarter de la ville pour vivre dans un environnement montagnard. Ça fait 15 ans que je suis shaper et que je bosse pour les snowparks.  

J’ai d’abord fait un été en tant que shaper bénévole aux Deux Alpes sur le snowpark, c’est-à-dire que je fignolais les modules à la pelle derrière les machines. Ces expériences d’entretien de snowpark m’ont amené tout doucement à de la construction. Mes premières expériences en tant que salarié, je les ai vécues aux Ménuires et à Aurons où j’étais responsable du snowpark.  

 » Il faut bien 3 saisons d’hiver pour devenir un bon dameur « 

Shape d'un snowpark

Cela m’a amené à travailler :

  • avec des machines sans les conduire,
  • à guider les chauffeurs,
  • mais aussi à entretenir et sécuriser le park la journée.

Puis j’ai eu une place en tant que shaper animateur aux Deux Alpes pendant cinq ans avant de pouvoir faire ce que je voulais faire depuis longtemps : shaper-dameur. 

Travelski : Expliquez-nous votre métier, il n’a pas grand-chose à voir avec le damage, lissage des pistes ? 

A.G. : En effet, c’est complètement différent. Pour arriver à réaliser des snowparks, il faut des shapers-dameurs qui, la nuit, avec leurs dameuses déplacent des milliers de mètre cube de neige, mais doivent aussi maîtriser avec minutie leur machine pour les finitions des modules

Mon outil, c’est la dameuse ; une Parkbully 600 avec ou sans treuil de chez Kassbohrer. C’est une machine spécifique qui tourne autour des 500 ch et que les constructeurs adaptent pour réaliser des snowparks. Ce type de machine coûte entre 200 à 300 000 € selon les options. Elle consomme jusqu’à 25litres/h de GNR (gasoil non routier). Pour tailler le pipe, on utilise la Zaugg : c’est une lame courbée spécifique qui demande d’être très fin et très soigneux.  

Le superpipe exige une précision énorme et beaucoup d’expérience. Selon la neige, on peut vite passer 4h par jour pour l’entretien d’un superpipe, surtout l’été. Il faut être précautionneux avec les machines qui du fait de l’environnement sont malmenées, elles nécessitent beaucoup d’entretien, derrière, il y a une grosse équipe de mécaniciens. 

Travelski : Une formation est-elle nécessaire ? 

A.G. : Le métier de dameur en général ne nécessite pas de permis, en revanche, après avoir acquis un peu d’expérience il faudra passer un CQP (certificat de qualification professionnel) damage, c’est un examen délivré par DSF (domaine skiable de France) qui valide les acquis. Il faut bien 3 saisons d’hiver pour devenir un bon dameur, et encore un peu plus pour devenir un bon dameur-shaper.

En effet, pour les snowparks, c’est un peu différent, il faut s’armer de patience et de persévérance pour arriver à être bon car il est très difficile avec une machine de 9 tonnes d’arriver à produire un travail de qualité, à la fois sécuritaire, esthétique et qui plaît aux riders. 

Travelski : Quels sont vos horaires été et hiver ? 

A.G. : Le plus souvent on travaille dès la fermeture des pistes, pour pouvoir bosser avec les shapers-animateurs, puis on continue la nuit jusqu’à ce que le snowpark soit refait à neuf pour le lendemain.

L’hiver nous travaillons de 16h30 à 02h15 du matin. Pour les constructions, on a des plans d’aménagement qui sont décidés sur le papier en début de saison.  

Après il faut faire en fonction de la neige et c’est elle qui décide. On brasse des milliers de m3 de neige, les chantiers sont toujours très volumineux et représentent énormément d’heures de damage.

Nous sommes cinq, mais trois machines travaillent en permanence car le snowpark de l’été est préparé tout l’hiver. L’été on intervient plus tôt, de 13h00 à 20h00, toujours pour travailler avec les animateurs. 

Travelski : Faut-il être un rider pour exercer ce métier ? 

A.G. : Je pense qu’il est très important pour mon métier de l’être. C’est pour moi la meilleure façon de faire partager aux clients, nos envies de sensations de glisse différentes et plus fun que sur des boulevards. 

Travelski : Est-ce une vocation et qu’appréciez-vous dans ce métier, que vous apporte-t-il ? 

A.G. : Je réalise actuellement mon rêve, c’est le métier que je voulais faire depuis que j’ai croisé le premier snowpark et que je suis utilisateur. Il est très intéressant de travailler avec la neige, un matériau qui évolue constamment, et qui nous oblige donc à nous remettre en question. Il n’y a pas de routine, depuis le temps, je n’ai pas l’impression d’avoir vécu la même saison.

Nous évoluons dans des environnements magnifiques, imaginez-vous à bord d’une dameuse à 3400m d’altitude en train retailler un kick avec face à vous un coucher de soleil de carte postale, tout en pensant à le rider le lendemain ! 

Une image contenant extérieur, crépuscule, nature

Description générée automatiquement

Travelski : Les qualités qu’il exige ? 

A.G. : Le plus important, LA PASSION. C’est d’être intéressé par le freestyle, de pouvoir se déplacer sur le terrain la journée pour utiliser les modules ou au moins observer les clients. Sinon, l’utilisation de la dameuse demande beaucoup de dextérité et énormément de concentration, on a la tête dans le pare-brise pendant 7h.

Il faut aussi des connaissances ou en tout cas, savoir observer le manteau neigeux pour utiliser la neige au mieux ! Et il faut aussi avoir un esprit d’équipe parce que même si on est tout seul dans cette machine, il faut travailler avec les animateurs, avec les autres chauffeurs. 

Je prends aussi part à l’aménagement puisqu’on a les contraintes de la machine qui font que suivant le terrain, on implante ou pas. 

Travelski : Justement parlons des contraintes ? 

A.G. : On en revient à la neige, s’il en tombe beaucoup, ça nous oblige à tout recommencer… et si le niveau n’est pas suffisant, on ne pourra pas réaliser le snowpark que l’on souhaite… Et puis il faut aimer travailler la nuit, « être un homme de l’ombre » ! 

Un snowpark ça coûte cher, les conditions économiques définissent l’ampleur des projets, on ne peut pas toujours aller jusqu’où on voudrait, et un passionné comme moi voudrait toujours aller plus loin ! Mais c’est clair que le park des Deux Alpes fait partie des meilleurs, il jouit même d’une renommée internationale l’été. 

Du beau monde sur le snowpark des Deux Alpes cet été sur le glacier à 3200m ! 

Prêt dès le mois de juin, le snowpark accueille un nouveau superpipe et un nouvel espace pro avec un plus gros big air destiné aux équipes des fédérations et aux pro-riders qui sont de plus en plus nombreux à choisir les Deux Alpes pour s’entraîner en été. 

Crédit photos : Aurélien Gonthier 

Précédent

Directeur de snowpark, le métier qui donne du fun aux riders !

Chef des pistes, un métier à hautes responsabilités

Suivant